Démarquez-vous grâce à votre CV !

Toute recherche d’emploi commence par l’élaboration d’un CV.  Son but est de donner envie au recruteur de vous rencontrer, ni plus… ni moins !  A sa lecture, il doit se dire « Cette personne pourrait faire ce travail ». Vous devez donc considérer votre CV comme un prospectus de vente. Vous êtes le produit et il est l’acheteur. Rassurez-vous,  les rôles s’inverseront par la suite et ce sera à votre tour de choisir l’entreprise ! Mais nous n’y sommes pas encore…  Alors, jeune diplômé ou professionnel expérimenté, comment rédiger un CV qui attirera l’attention ?

« Votre CV est un prospectus de vente. Vous êtes le produit et le recruteur est l’acheteur. »

Attaquez fort

Savez-vous qu’un recruteur prend en moyenne 6 secondes (vous lisez bien) pour écarter ou lire plus avant votre CV ?  Vous devez donc accrocher son attention dès le début.  Les 2 premières lignes sont d’une importance capitale.  Tel un slogan ou un « elevator pitch », votre message doit être clair : « J’ai le profil de l’emploi ! ».  Par exemple :  Cadre infirmier avec plus de 5 ans d’expérience dans la prestation de soins de qualité supérieure aux patients et dans la motivation d’équipes pluridisciplinaires.

Sur la première page de votre CV, faites ensuite un bref résumé de votre expertise en lien direct avec le poste pour lequel vous postulez.  Vous aurez l’occasion de développer votre expérience plus loin.  Cela doit inciter le lecteur à se dire :« Bon sens, je dois lui parler ! ».   Moins à cause de qui elle est, mais de ce qu’elle sait faire. L’expertise s’acquiert surtout par les connaissances (savoir) et l’expérience (faire). Limitez-vous à l’essentiel, mentionnez uniquement les réalisations, compétences et formations les plus pertinentes. Evitez absolument les banalités telles que « team player, dynamique… ».

Assurez-vous que les principaux mots clés soient présents sur la première page afin d’être plus aisément repéré par les moteurs de recherches, référencements naturels ou SEO (search engine optimization) des sociétés qui recrutent.

Soyez sélectif

L’erreur numéro 1 sur la plupart des CV est l’excès d’informations. Vouloir tout dire est une mauvaise idée qui risque de décourager le recruteur.  Un CV, appelé d’ailleurs « resume » en anglais, se doit d’être très sélectif. Il n’est pas censé être exhaustif.  Inutile donc de répertorier toutes les activités, projets, réalisations, hobbies ou formations suivies.  Ne mentionnez que ce qui est pertinent. De même, plus vous remontez dans le temps, moins vous donnez de détails. 

« Rédiger un CV efficace, c’est aller à l’essentiel ».

Personnalisez

Ne pensez pas que vous pouvez vous en tirer avec un seul CV. Pas nécessaire néanmoins de réinventer la roue à chaque fois.  Vous pouvez avoir un CV de base, qui reprend toutes les informations importantes et votre parcours détaillé. Mais vous devez le modifier pour chaque opportunité.  Renseignez-vous sur l’organisation, son environnement externe, sa culture interne et décortiquez l’offre d’emploi… Ensuite, ajustez vos propos aux besoins, mais aussi langage et style de l’entreprise.

« Ayez un CV adapté à chaque emploi auquel vous postulez »

Partagez les réalisations, pas les responsabilités

Sur la seconde page, vous pourrez détailler votre parcours professionnel de manière plus chronologique, en commençant par l’expérience la plus récente.

L’erreur numéro 2 est de mentionner uniquement les titres de fonctions et les domaines de responsabilités.  80% de ce que vous mentionnez doit concerner vos réalisations, pas vos missions.  Ce qui intéresse votre interlocuteur, c’est que vous ayez transformé ces missions en résultats. Donnez un maximum d’exemples concrets et mesurables (%, €…).  Ceci dit, tout n’est pas quantifiable, mais privilégiez toujours une formulation « orientée résultats ». Ainsi, gérer une équipe de 10 collaborateurs ne dit pas grand-chose.  Parlez plutôt de fidélisation, de taux de promotion, d’atteintes de leurs objectifs….  qui illustrent votre style de management.

« Ce qui intéresse votre interlocuteur est moins vos responsabilités et missions, que votre capacité à les transformer en résultats ».

Facilitez la lecture

Osez un lay-out différent pour vous démarquer. Accentuez le visuel pour une meilleure lisibilité. Il existe des outils en ligne très simples d’utilisation et qui donnent un résultat professionnel   https://www.canva.com/fr_fr/creer/cv/ ou https://cvdesignr.com/fr/. Evitez néanmoins tout excès d’originalité (sauf si vous travaillez dans la pub ou le marketing). Ne surchargez pas avec trop de couleurs ou de pictogrammes en tout genre…  Besoin d’exemples ? https://www.creeruncv.com/exemple-de-cv/gratuit/

Avec ou sans photo ? Avec ! Même si vous y êtes réfractaire, dites-vous qu’en quelques clics vous serez visualisé sur Google (et pas toujours à votre avantage…). De plus, une photo crée déjà une proximité.  Comme toujours, elle doit être professionnelle : visage souriant, fond neutre et tenue de travail.

N’hésitez pas à mettre en « gras » les mots clés. Pourquoi pas surligner en couleur les informations les plus pertinentes dans votre parcours en fonction des attentes du poste.

Pensez aussi à utiliser des hyperliens pour faciliter la vie du recruteur. Par exemple pour le nom de vos précédents employeurs en renvoyant vers leur page entreprise sur LinkedIn.

N’oubliez pas vous relire, et de vous faire relire – deux fois valent mieux qu’une. Au-delà de quelques fautes, vous risquez simplement de ne pas être invité à continuer l’aventure.

CV vidéo ? Oubliez ! Sauf dans le secteur créatif ou s’il est demandé par l’entreprise. 

« Objectif zéro faute d’ortografe ! » 😉

Alignez vos CV et profil LinkedIn

Beaucoup de recruteurs consulteront votre profil LinkedIn. Il est tout aussi important que votre CV. Vous n’en avez pas? Je vous renvoie à un article précédent « Boostez votre profil LinkedIn ».  

Insérez l’hyperlien de votre compte LinkeIn sur votre CV afin que le recruteur puisse y accéder directement.  Il aura une vue rapide de votre parcours et pourra consulter les documents / media que vous y aurez attachés. 

Vérifiez la cohérence des informations mentionnées sur votre CV et votre profil LinkedIn (fonctions, dates…).

Etudiant ou juste diplômé ? 

La logique est identique : sélectionnez ce qui est le plus relevant !

En 2-3 lignes, commencez par décrire qui vous êtes, ce qui vous caractérise et vous distingue, ainsi que ce que vous recherchez. « Actuellement en xxx, je me passionne pour xxx et recherche xxx. »

Mettez en évidence, parmi vos cours, travaux, projets et mémoire, les matières qui se rapprochent le plus du scope de la fonction. N’oubliez pas les conférences, séminaires ou salons auxquels vous avez participé.

Ciblez les compétences recherchées par l’employeur et mettez en avant celles que vous avez pu développer lors de vos stages, programmes d’échanges, jobs étudiant, vie associative, activités sportives, mouvements de jeunesse…  Mentionnez ce que vous y avez appris et réalisé (gestion d’un budget, animation d’équipe, organisation d’évènements…. ). Vérifiez enfin votre identité numérique (image véhiculée sur les réseaux sociaux). Le recruteur va certainement vous « googliser ».  Assurez-vous qu’elle soit cohérente avec vos attentes et ambitions professionnelles.

« Juste diplômé ? Vous avez plus d’expérience que vous ne le pensez ! »

En conclusion, imaginez que vous voyagez en « classe affaires » d’une compagnie aérienne renommée. Ce qui la distingue est le service personnalisé. Pareil pour votre CV : adaptez le au maximum à chaque situation. En retour vous goutterez au plaisir du service premium !

Vous voici à présent mieux équipé-e pour attirer l’attention des recruteurs grâce à un CV personnalisé et percutant.  Le job de vos rêves est à portée de quelques clics ! 

Vous avez apprécié cet article ? Likez-le ou partagez-le pour en faire profiter vos relations !

Très impatient de lire vos commentaires ci-après et d’échanger avec vous.

A très bientôt !

Jean-Luc

Depuis plus de 25 ans, j’aide de nombreux cadres à déployer leur plein potentiel et de nombreuses sociétés à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes dirigeantes

Boostez votre profil LinkedIn !

Attirez l’attention des professionnels et des entreprises !

Le réseautage est un élément-clé dans la réussite d’une carrière. Avec plus de 3 millions d’utilisateurs en Belgique, et 22 millions en France, LinkedIn s’est imposé comme LE réseau social professionnel. Et il n’est pas réservé qu’aux cadres.

Que vous soyez étudiant, jeune diplômé ou déjà dans la vie active, il est un outil puissant pour vous connecter aux autres professionnels et employeurs potentiels. Alors, comment en faire un allié pour démarrer votre carrière sur les chapeaux de roues ou la dynamiser ?

Précision : Cet article se focalise sur les points-clefs pour être repéré par les entreprises.  Vous partez de zéro ? Consultez d’abord la rubrique assistance de LinkedIn. Elle vous donnera toutes les informations pratiques pour créer votre profil.

1. Rendez votre profil attractif

Introduction

Savez-vous qu’un profil arborant une photo est 14 fois plus consulté ? Les consignes sont toujours les mêmes : utilisez une photo professionnelle, pas celle de votre profil Facebook, inutile d’y être accompagné de votre petit chaton (au propre comme au figuré), ou de porter le smoking du mariage de votre tonton… Maître-mot : Donnez envie de travailler avec vous, en inspirant naturellement la sympathie et la confiance.

Pour le titre, si vous êtes déjà en fonction, indiquez le domaine dans lequel vous excellez. Par exemple « Créateur de nouvelles saveurs », plutôt que votre poste actuel et le nom de votre entreprise. On le retrouvera d’ailleurs plus loin dans la rubrique « Expérience ». Si vous êtes à la recherche d’emploi, renseignez le type de poste que vous ambitionnez.  Encore étudiant ? Mentionnez les études que vous suivez : « Etudiant en 1ère Master en kinésithérapie ».

Infos

Ce texte est essentiel mais plus délicat à rédiger.  Il s’agit ici de résumer votre « proposition de valeur ».  C’est-à-dire la valeur ajoutée (ou bénéfices) que vous apportez à vos interlocuteurs (clients, collègues, partenaires…). Elle doit répondre à 3 questions :

  • Quel est votre situation actuelle ? Par exemple : « Après 3 ans d’expérience comme Food Technologist au sein d’un département R&D, je suis actuellement Chef de Projet chez Pasta Italia. » ;
  • Quelle est votre expertise ? « Je me suis spécialisé(e) dans le développement de nouveaux produits alimentaires, particulièrement des plats préparés à base de pâtes… » ;
  • En quoi êtes-vous différent des autres ? « J’ai développé une gamme de produits Vegan… ». Mentionnez ici un projet spécifique ou un client référent.

Uniquement si vous êtes en recherche d’emploi, précisez-y le type de rôle ou projet auquel vous aspirez.  « Je souhaite gérer une équipe de recherche au sein d’une entreprise du secteur agroalimentaire ayant un scope international… » 

Concluez votre résumé par une incitation à l’action : « Contactez-moi volontiers :  xxx.xxx@xxx.com ou +32…. « 

La formulation doit être claire (pour être compréhensible par vos cibles), spécifique (c’est-à-dire pointer vos atouts personnels) et la plus unique possible (ce qui vous distingue de vos camarades de promotion ou collègues). Le texte doit être suffisamment accrocheur pour donner envie de lire la suite, tout en restant naturel et modeste !

Utilisez les termes employés pas vos interlocuteurs-cibles pour être plus facilement repérés par les moteurs de recherches, référencements naturels ou SEO (pour search engine optimization) des sociétés qui recrutent.  Inspirez-vous de la rubrique offres d’emploi de LinkedIn et repérez les mots-clés utilisés dans les annonces qui vous intéressent. Un site tel que Tagcrowd visualise les mots les plus courants d’un texte ou d’une page Web. Dans notre cas par exemple « Food technology, HACCP, NPD (new product development)» , mais aussi les valeurs véhiculées par la culture d’entreprise… 

Attention, seules les 3 premières lignes s’affichent au départ.  Soignez donc la rédaction et placez-y des mots-clés judicieux pour donner envie de cliquer sur le « voir plus ».

Mais encore…

Renseignez un maximum de données dans la rubrique « coordonnées personnelles » pour que les recruteurs puissent vous contacter aisément.  

Renommez l’url de votre profil public afin d’apparaître plus facilement dans les moteurs de recherche : www.linkedin.com/in/prenomnom. Cette option est accessible via l’édition de votre profil : « Modifiez votre URL personnalisée »

Téléchargez enfin votre CV au format PDF dans la rubrique media et/ou une présentation Powerpoint si vous souhaitez vous démarquer.

2. Construisez votre « marque personnelle »

Le produit… c’est vous ! Définissez précisément ce que vous avez « à vendre » : vos connaissances, compétences, expériences, résultats… et à qui : secteurs, type d’entreprises, interlocuteurs…  Ils sont votre public cible.

Faut-il avoir un profil LinkedIn alors qu’on est encore étudiant ? Oui ! Que ce soit pour comprendre le métier auquel vous vous destinez, rechercher des stages ou des informations utiles pour vos cours ou travaux, LinkedIn peut se révéler un outil très précieux. 

A fortiori lorsque vous êtes en dernière année d’études ou fraîchement diplômé, vous pourrez y rechercher un emploi ou des partenaires si vous lancez votre start-up.  Vous aurez ainsi déjà acquis une certaine crédibilité et expertise qui vous permettront d’être perçu comme un professionnel sur le marché du travail. 

3. Créez votre réseau professionnel

Votre réseau de contacts sera un atout formidable pour accéder directement ou indirectement au job de vos rêves.

Attention toutefois : LinkedIn n’est pas Facebook ! Ce réseau demande un degré de formalisme plus élevé. Il ne s’agit ainsi pas d’«amis» mais bien de «contacts professionnels».  Pas question donc de poster vos photos de sorties, blagues ou petites annonces…

Vous pouvez vous abonner à des influenceurs (Bill Gates, Richard Branson…), des entreprises pour suivre leurs actualités et/ou offres d’emploi (en activant des alertes), des écoles, ou des groupes (Alumni, associations professionnelles, experts…).

Rejoindre des groupes est fondamental car ils vous permettent de partager votre expertise avec des pairs.  Certains groupes sont privés (n’hésitez alors pas à leur demander l’autorisation de les rejoindre) mais beaucoup sont publics.

Vous pouvez aussi construire votre réseau personnel en invitant des contacts. Pour cela,  recherchez le nom de la personne et personnalisez toujours votre demande en expliquant pourquoi vous la contactez (demande de conseil, suivre ses publications…). Si vous avez des contacts communs, demandez-leur de vous mettre en relation.  Vous pouvez aussi d’abord commenter ou partager leurs publications pour initier le contact.

4. Publiez du contenu

Comme sur Facebook, vous pouvez publier des posts, mais aussi des articles.  Pour donner envie de les consulter, utilisez des outils de création de visuels professionnels tels que Canva, Adobe Spark ou Infogram. L’aspect visuel est primordial.

Oui mais que partager ? Etre étudiant c’est déjà un métier. Vous pouvez partager une multitude d’informations. Par exemple, vos opinions et avis par rapport à des groupes de travail, des cours marquants, des stages…

Pensez aussi à publier les conclusions de vos travaux / devoirs, d’études de cas, rapports de stage (attention à la confidentialité) ou mémoire.

Vous pouvez également répercuter des informations clés sur les tendances au sein de votre domaine, notamment via Scoop.it. Veillez à y apporter votre touche personnelle en y ajoutant un commentaire ou un résumé, tout en citant vos sources.  Enfin, des quiz, citations ou astuces seront également appréciés.

La formulation du titre de vos posts est essentielle. Elle peut être informative ou incitative. Plutôt que de mentionner une problématique, par exemple « Création d’un profil LinkedIn », préférez « Boostez votre profil LinkedIn !». Beaucoup plus impactant, non ? 😉

Publiez de manière régulière plutôt qu’épisodique.

Comment rédiger ? Le but est d’être lu, pas de se faire plaisir. Privilégiez un langage concis (phases et paragraphes courts), concret (non conceptuel) et avec des hyperliens vers vos sources d’informations.  Maniez l’humour avec précaution. Pensez à poser des questions, susciter des commentaires ou avis et… incitez à partager vos posts.

Enfin, répondez rapidement aux commentaires (positifs comme négatifs), conversez avec votre audience et remerciez vos interlocuteurs.

Conclusion

Il ne suffit donc pas de créer votre profil sur LinkedIn. Il  s’agit de le rendre attractif, de construire votre « marque personnelle », de constituer ensuite un réseau de contacts et de partager vos connaissances et expériences.

De cette manière, vous entrez de plein pied dans le monde professionnel fait de partages, d’échanges et de relations. 

Vous voilà à présent mieux connecté encore au monde du travail.  A vous les opportunités ! D’ores et déjà, plein succès dans votre (future) carrière.

Dès à présent, connectez-vous volontiers à mon compte professionnel et/ou personnel et suivez notre page entreprise Prometheo Academy.

Très impatient de lire vos commentaires ci-après et d’échanger avec vous. 

Vous avez apprécié cet article ? Alors likez-le et partagez-le pour en faire profiter vos relations !

A très bientôt !

Jean-Luc

Depuis plus de 25 ans, j’aide de nombreux cadres à déployer leur plein potentiel et de nombreuses sociétés à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes dirigeantes

10 astuces pour maximiser votre prochaine interview vidéo

Les entretiens vidéo sont de plus en plus considérés comme un moyen rapide et efficace de dialoguer avec un candidat potentiel au cours d’un processus de recrutement.  

Voici quelques astuces pour avoir un maximum d’impact lors de votre prochaine entrevue par vidéo.

1. Testez la technologie

Faites une vérification technique préalable afin de vous assurer que votre connexion Internet est suffisamment stable. Privilégiez une connexion internet fixe par rapport au Wifi ou à la 4G. Vérifiez le niveau de votre microphone dans les paramètres « son » de votre PC. Mieux encore, utilisez un micro externe (par exemple celui des écouteurs de votre smartphone). Si la connexion se dégrade en cours d’entretien, proposez de couper l’image ou de passer carrément à un entretien téléphonique classique. La qualité de votre échange doit rester la priorité.

2. Entrainez-vous

Faites une rapide simulation d’entrevue avec un proche, vous vous sentirez beaucoup plus confiant le moment venu. C’est une excellente occasion de tester votre configuration technique, mais aussi de la pertinence de vos réponses.

3. Soignez votre présentation

Ce n’est évidemment pas le moment de porter des vêtements trop décontractés, même si vous êtes à la maison.  Vu que l’on ne voit que votre buste, vous pouvez même porter votre short et scandales de plage ! Mais ne prenez quand même pas trop de risques… Soignez votre apparence avec autant d’attention que pour une entrevue en face-à-face traditionnelle.

4. Aménagez votre environnement

Placez-vous devant un fond soigné et neutre (des vêtements épars, une bibliothèque en désordre ou un poster de Rammstein n’enverront peut-être pas le bon message). En entretien classique, vous êtes assis à une certaine distance de votre interlocuteur. Ici également, inutile de vous coller à la webcam. A quelle distance placer la webcam ? Tendez le bras devant vous, c’est parfait.Si vous utilisez votre PC, la webcam est plus ou moins à la bonne hauteur. Idéalement elle devrait être à hauteur de vos yeux. Si vous utilisez votre téléphone, surtout ne le déposez donc pas sur la table, l’angle de vue vers le haut est désastreux. Préférez aussi le mode paysage au mode portrait, car votre interlocuteur utilise fort probablement un PC.

5. Dosez l’éclairage

Placez une source d’éclairage juste devant vous pour éviter les ombres disgracieuses. Une lampe de bureau fera l’affaire, mais évitez une lumière trop intense dirigée directement vers votre visage. Préférez un éclairage indirect et tamisé. Allumez idéalement une lumière d’ambiance derrière vous.

6. Minimisez les bruits de fond

Les bruits de fond peuvent vous distraire ainsi que votre interlocuteur. Assurez-vous d’être dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé. Prévenez votre entourage, fermez portes et fenêtres afin d’éviter l’incursion tonitruante de votre petit dernier ou la tondeuse du voisin…  Attention, votre micro captera aussi le froissement de papiers et les chocs de pieds ou de mains sur la table. Très désagréable pour votre interlocuteur !

7. Eloignez les distractions

Juste avant de commencer, assurez-vous de mettre votre téléphone en mode silencieux et désactivez les autres applications afin que les alertes ne s’immiscent pas dans votre entretien.

Enfin, ayez toujours à disposition sur votre écran d’accueil,  les raccourcis ou liens utiles vers votre curriculum vitae et autres documents. Une copie papier est souvent plus qu’utile.

8. Établissez le contact visuel

Il est plus difficile de créer un engagement et une connexion avec votre interlocuteur au travers de la vidéo. Compensez cela en regardant directement la webcam plutôt que votre interlocuteur sur l’écran.

9. Surveillez votre langage corporel

L’attention de votre interlocuteur se concentre sur votre buste.  Évitez donc de croiser les bras ou de courber les épaules. Adoptez une posture droite, tout en étant détendue et ouverte. Appuyer la tête sur votre main ou vous affaisser sur le dossier sont du plus mauvais effet. N’oubliez pas de sourire souvent et évitez à tout prix des mouvements brusques.

10. Adaptez votre langage verbal

Le format vidéo est souvent plus court qu’un entretien en face à face. Soyez donc concis pour maintenir l’attention de votre interlocuteur. Ralentissez le rythme de votre élocution et articulez !

Vous voilà à présent mieux armé pour faire une première bonne impression en ligne !  

Bien évidemment ces conseils sur la « forme » ne vous dispensent pas de soigner le « fond ». Nous en reparlerons dans un prochain article.

Laissez-moi volontiers ci-après vos commentaires, expériences positives (ou pourquoi pas amusantes). A très bientôt !

Jean-Luc

Depuis plus de 25 ans, j’aide de nombreux cadres à déployer leur plein potentiel et de nombreuses sociétés à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes dirigeantes.

10 astuces pour réussir votre premier entretien téléphonique

Commençons par une bonne nouvelle : Votre CV a touché sa cible et éveillé la curiosité d’un employeur. Attention, ce premier contact téléphonique est une étape déterminante. Alors autant ne pas trébucher sur la première marche… Vous avez 15 à 20‘ pour convaincre le recruteur de vous rencontrer.

1. Pas de précipitation !  

Règle d’or : N’entamez jamais l’entretien si vous êtes appelé à l’improviste.  Répondez que vous êtes occupé et planifiez un autre rendez-vous.  Cela vous permettra d’être plus confortable et mieux préparé.  Notez bien l’identité et rôle de votre interlocuteur ainsi que ses coordonnées (tel, mail). Il peut en effet s’agir d’une agence externe, d’un recruteur interne à l’entreprise ou, parfois même,  de votre futur manager.

2. La préparation est un facteur clef du succès !

Comme toujours me direz-vous ! Même s’il est de courte durée, cet entretien nécessite une préparation minutieuse. Deux thèmes sont le plus souvent abordés : votre motivation et vos compétences pour le poste.

3. Identifiez votre motivation !

Pourquoi avez-vous eu envie de répondre spécifiquement à cette annonce : le job ? l’entreprise ? le secteur ? … Evitez de mentionner la proximité de votre domicile ou la sécurité d’emploi ! 😉 Renseignez-vous sur l’entreprise, son historique, ses activités, ses engagements et valeurs…, via leur site internet, leur page LinkedIn, mais aussi Glassdoor (à interpréter avec prudence). C’est ici l’occasion idéale de poser quelques questions et de vous montrer proactif. A ce stade, évitez les questions trop techniques car le recruteur n’y aura peut-être pas réponse.

4. Ciblez vos compétences !

Retrouvez d’abord le texte de l’annonce. Partez du poste, pas de votre CV ! Pour chaque point mentionné dans le poste et le profil, mettez en parallèle ce que vous avez à offrir : projets réalisés, résultats obtenus, cours ou séminaires suivis, affinités… Si vous n’avez pas encore d’expérience professionnelle, cherchez des situations vécues dans vos stages, jobs d’étudiant, travaux de groupe ou même loisirs. Vous n’en trouvez pas ? Alors imaginez comment vous feriez si vous étiez confronté à cette situation.

5. Ecoutez !

Et répondez de manière ciblée. Inutile de vous précipiter en récitant votre CV, le recruteur l’a sous les yeux. Ne vous engouffrez pas dans le premier silence venu . Comptez mentalement « 1-2-3… » pour vous aider à patienter jusqu’à la prochaine question. Arrivé à 10, la ligne risque fort probablement d’avoir été coupée 😉 Pensez aussi à prendre une brève inspiration avant de répondre à une question, cela vous donnera un air plus posé et assuré.

6. Et comment est votre néerlandais ?

Dans l’entretien vous devrez probablement vous exprimer dans une autre langue. Préparez donc un texte dans les différentes langues mentionnées sur votre CV, par exemple sur base des points 3 et 4 ci-dessus (motivation et compétences).

7. Différenciez-vous !

Vous connaissez la souris verte ? C’est celle que l’on remarque parmi toutes ses homologues grises. Qu’est-ce qui vous distingue de vos collègues ou camarades de promo ? Un sport de haut niveau, un engagement citoyen… Un seul détail peut parfois faire toute la différence pour sortir du lot.

8. A vous le mot de la fin !

Assurez-vous que le recruteur ait une vue claire de vos atouts. Demandez-lui simplement « Que pensez-vous de mon profil ? ». Au besoin, rassurez-le sur les points où vous ne le sentez pas convaincu ou proposez de le rencontrer pour aller plus en détails. Rappelez enfin votre intérêt pour le poste et demandez à connaître les prochaines étapes prévues.

9. Après l’appel

Envoyez un mail succinct de remerciement où vous rappelez votre motivation et votre volonté de rencontrer votre interlocuteur en personne.

10. N’oubliez pas la forme !

Ici, tout se focalise sur votre voix ! Respirez profondément, adoptez un ton dynamique mais parlez lentement, utilisez des écouteurs pour prendre plus facilement des notes. Imaginez votre interlocuteur devant vous : appuyez votre discours par des gestes et souriez, les deux s’entendent… vraiment !

Vous voici à présent bien équipé pour réussir haut la main cette première étape.  La force est en vous ! 🙂

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires ci-dessous.

Jean-Luc

Depuis plus de 25 ans, j’aide de nombreux cadres à déployer leur plein potentiel et de nombreuses sociétés à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes dirigeantes.

En route vers le futur monde du travail… Et au-delà !

Par ce premier article, je souhaite partager avec vous mon histoire personnelle et plus particulièrement ce qui a initié ce projet (quoi), sa raison d’être (pourquoi) et sa concrétisation (comment).

La genèse :  pourquoi ?

Je suis l’heureux papa de trois fantastiques garçons, dont deux terminent leurs études supérieures et se préparent à entrer dans la vie professionnelle. Quand je les observe, je suis d’abord émerveillé par leurs connaissances théoriques, leur énergie, leurs rêves… En même temps, je suis aussi inquiet. En effet, l’école les a équipé de « cerveaux bien faits », mais de toute évidence ne les a pas suffisamment préparé à affronter cette réalité professionnelle vers laquelle ils s’avancent à grands pas. Car si elle peut être passionnante, elle est aussi impitoyable, une vraie jungle diront certains…
Or il se fait que mon métier est précisément d’aider les entreprises à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes de management, soit en trouvant « l’oiseau rare », soit en développant le potentiel de leurs futurs leaders.

L’idée : quoi ?

Alors c’est ici que naît ce projet : compléter la formation académique basée sur l’acquisition de connaissances par un accompagnement axé sur les compétences personnelles et interpersonnelles. Vaste domaine me direz-vous ! En effet, c’est pourquoi nous nous focaliserons sur les compétences clefs pour s’intégrer rapidement dans le futur monde du travail et ensuite s’y épanouir le plus harmonieusement possible.
Car dans un monde se transformant en profondeur et à grande vitesse, certaines compétences deviendront essentielles pour appréhender efficacement la volatilité, l’incertitude, la complexité et l’ambiguïté, devenues la nouvelle norme (VUCA).
Foncièrement positifs, nous croyons aussi dans un futur exaltant où les humains et la technologie collaboreront en étroite intelligence et harmonie. Profitons donc de cette opportunité pour développer dès à présent les compétences qui nous permettront d’avoir un maximum de valeur-ajoutée, en particulier par rapport à l’intelligence artificielle.

La concrétisation : comment ?

Restait à trouver un nom : Prometheo Academy fait référence à Prométhée qui, dans la mythologie grecque, vola aux dieux le feu sacré, symbole de la connaissance, pour le transmettre aux humains et leur permettre de s’instruire et de s’émanciper. Belle ambition non ?
Nous démarrons cette aventure en mars 2019 par un blog. Nous l’alimenterons progressivement avec d’autres articles, interviews et capsules vidéo. Nous proposerons ensuite des événements plus interactifs sous forme de webinars, conférences, ateliers
Nous nous inscrivons dans une logique 20/80 : 20% d’investissement pour 80% de résultats. Notre temps à tous est précieux. Nous privilégierons donc un maximum d’idées originales et de conseils pratiques. Le but n’est (surtout) pas « d’enseigner » mais d’interagir et surtout d’agir.
Notre volonté est de créer une large communauté d’échanges. ’autres partenaires et experts nous rejoindront progressivement pour nous apporter un maximum de valeur ajoutée.

Rejoignez-nous !

Si vous êtes à l’aube de votre vie professionnelle, souhaitez la réinventer ou êtes interpellé (en tant que parent par exemple), bienvenue dans notre aventure, en tant que lecteur, contributeur, ou pourquoi pas partenaire.
Je suis impatient de lire vos commentaires et d’échanger ensemble !

A très bientôt !
Jean-Luc

Depuis plus de 25 ans, j’aide de nombreux cadres à déployer leur plein potentiel et de nombreuses sociétés à réaliser leurs ambitions en renforçant leurs équipes dirigeantes