10 étapes clés pour réussir votre intégration dans votre nouveau job !

Vous avez décroché un nouveau job ? Bravo !

A présent, il s’agit de ne pas rater votre entrée en scène.

Alors, premier job ? nouveau poste ? gestion d’équipe ?

Comment mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre intégration ?


Avant tout, s’il s’agit de votre premier job, vous vous demandez probablement :

  • Serais-je capable de faire ce qu’on va me demander ? Serais-je à la hauteur ?
    • Votre futur·e responsable est aussi passé par là. Il/elle sait qu’au-delà de vos connaissances théoriques, vous avez encore beaucoup de choses à apprendre pour les appliquer.
    • Alors pas de stress, vous aurez du temps pour vous habituer à votre nouvel environnement, de comprendre la situation, de vous adapter et d’acquérir les compétences nécessaires. Personne ne vous demandera de délivrer un projet stratégique ou de faire une présentation devant le comité de direction dans les premières semaines.
    • Par contre, dès que vous vous sentez à l’aise avec la matière, faites-le savoir et demandez des challenges à relever.
  • Vais-je être accueilli ou me retrouver seul au milieu de la jungle ?
    • La plupart des entreprises prévoient un planning d’intégration pour vos premiers jours avec toutes les informations nécessaires (aspects règlementaires, modalités pratiques...) et les personnes utiles à rencontrer.
    • Une semaine environ avant votre entrée en service, appelez votre contact interne, souvent au sein du service ressources humaines, si pas votre manager direct. Comme beaucoup télétravaillent pour l’instant, assurez-vous de la présence physique de quelqu’un pour vous accueillir. Confimez l’heure et le lieu précis du rendez-vous (peut-être different du précédent). Profitez-en pour vous renseigner sur le dress code à adopter.
  • Vais-je être encadré ou projeté directement dans l’arène ?
    • Votre manager est responsable de votre bonne intégration et sait qu’il doit libérer du temps pour vous.
    • Il est trop occupé ? Demandez-lui de vous désigner un parrain, par exemple parmi les collègues plus senior de l’équipe.
  • Ne vais-je pas déranger si je pose beaucoup de questions ?
    • Certainement pas. Si une recherche Google ne vous apporte pas les informations suffisantes, n’hésitez surtout pas à vous renseigner auprès de vos collègues ou de votre manager.
    • Si ce n’est pas urgent, notez-les et abordez-les lors de votre prochain échange afin de ne pas les perturber constamment.

De manière plus générale, lors de votre entrée dans un nouveau poste :

1. Laissez-vous du temps !

Votre nouveau job peut être différent sur plusieurs dimensions :

  • Un autre secteur d’activités, d’autres partenaires, d’autres dynamiques...
  • Un changement d’entreprise, une nouvelle culture managériale, d’autres pratiques, ...
  • Une autre fonction ou métier, de nouvelles responsabilités, un nouveau boss, de nouveaux collègues...

Plus vous cumulez de critères, plus vous devez être vigilant lors de votre changement.

  • Attendez-vous à traverser une période de transition de 3 à 6 mois avant d’accéder à une période de “performance”. Tout comme un athlète doit s’entrainer avant une compétition, vous devez vous préparer avant de performer.
  • Il est normal de ressentir une baisse d’énergie et de motivation vers le 3ème mois. C’est à ce moment que l’écart entre l’idée que vous vous faisiez de votre futur job et la réalité sera le plus important. Vous pensez changer de job et/ou revenir à votre emploi précédent ? Évitez toute décision hâtive, accrochez-vous et persévérez ! Votre motivation devrait revenir avec l’arrivée des premiers résultats.
  • Soyez patient et indulgent envers vous-même. Il est normal de ne pas encore avoir toutes les connaissances, et même compétences, pour bien scorer dès le début de votre nouveau poste.
  • Votre priorité doit être de maîtriser votre nouvel environnement, de vous y intégrer et surtout d’apprendre.

2. Observez, soyez curieux !

Si vous être est promu en interne, vous connaissez déjà beaucoup sur les produits, le secteur, les clients, la culture et l’histoire de l’entreprise. Si vous êtes nouveau dans l’entreprise, vous devez comprendre et apprendre tous ces éléments.

  • Dès que vous signez votre contrat, restez attentif·ve à l’actualité de l’entreprise via les réseaux sociaux et la presse : résultats, acquisition, expansion à l’international...
  • Avant votre premier jour, remettez-vous en tête les activités, chiffres clés et valeurs de l’entreprise.
  • Informez-vous aussi sur les codes plus informels tels que dress code, tutoiement ou vouvoiement… Cela vous permettra d’être plus à l’aise le premier jour.
  • Lors de vos premiers jours, soyez curieux, rencontrez différentes personnes et posez un maximum de questions. Elles sont une marque d’intérêt et de motivation. Si l’avis du management est essentiel, complétez-le avec celui de quelqu’un proche du terrain et du client
  • Si l’on vous demande si vous connaissez telle pratique ou technique, répondez “Pas encore” plutôt que “non”. Cela démontrera votre volonté d’en apprendre toujous plus.

3. Prenez un vrai nouveau départ !

Même si vous avez été recruté sur base de vos succès passés et que vos compétences vous ont permis d’arriver là où vous êtes :

  • Considérez votre nouveau poste avec un œil totalement neuf. Remettez les comptes à zéro.
  • Ne cherchez pas à transposer ce qui a marché dans votre ancien poste vers le nouveau. La tentation est toutefois forte de vous réfugier sur ce que vous avez bien fait dans le passé dès les premières difficultés.
  • Evitez aussi à tout prix de comparer ce qui se fait dans votre nouvel environnement avec votre ancien job, rien de plus exaspérant pour les collègues.
  • Les clés que vous avez utilisées pour accéder à votre position actuelle ne vous ouvriront pas d’office les prochaines portes.

“Pour ouvrir de nouvelles portes, vous devez acquérir de nouvelles clefs !”

4. Obtenez des victoires rapides !

Le succès dans votre nouveau poste se mesure certes sur les résultats atteints sur le moyen-long terme. Mais vous aurez besoin d’un petit coup de pouce au début pour initier un cercle vertueux d’énergie positive et de créativité propice au changement.

  • Identifiez rapidement des projets importants qui vous amèneront des victoires faciles et visibles (quick wins) pour construire votre crédibilité.
  • Identifiez dans le service des opportunités d’amélioration faciles à mettre en œuvre pour obtenir des gains financiers ou opérationnels en cohérence avec les objectifs sur le moyen et long terme.

Ces premières victoires ont un double-objectif : améliorer la performance de l’organisation et montrer votre capacité d’impact.

5. Définissez vos indicateurs de réussite !

Une relation de qualité et de confiance avec votre propre manager est essentielle à votre réussite. Suivant la situation et le style de chacun :

  • Fixez avec lui la feuille de route des premiers mois en convenant des objectifs à atteindre, des délais à respecter, des moyens à votre disposition et de votre niveau d’autonomie pour réaliser vos objectifs.
  • Envisagez votre travail comme une succession de projets plutôt que de tâches. Ne vous cantonnez pas à votre fiche de poste (si vous en avez reçu une). C’est en effet souvent une vision administrative et limitative de votre job.
  • Proposez à votre manager des contacts réguliers s’il ne le fait pas d’initiative, si possible hebdomadaires.
  • Demandez-lui du feedback sur vos réussites mais aussi vos points d’amélioration.
  • Proposez-lui spontanément votre aide pour remplir ses propres objectifs et responsabilités.
  • Votre manager vous donnera peut-être un projet qui vous fera sortir de votre zone de confort. Considérez-le comme un défi et acceptez-le ! Même si vous ne vous sentez pas encore très à l’aise, demandez ensuite l’aide autour de vous. Attention toutefois à ne pas vous laisser envahir, il ne s’agit pas d’accepter tout et n’importe quoi mais de démontrer votre valeur.

“Si quelqu’un vous offre une opportunité incroyable mais que vous n’êtes pas sûr de pouvoir le faire, dites oui – alors apprenez comment le faire plus tard !” Richard Branson

6. Créez du lien !

La qualité de vos relations interpersonnelles est tout aussi essentielle que celle avec votre manager. Alors investissez dans votre nouveau réseau !

  • Initiez un maximum de contacts avec vos collègues. Que ce soit au niveau formel lors des réunions de projet ou de manière plus informelle. Par exemple, venez un peu plus tôt le matin pour pouvoir discuter en petit comité autour d’un café, réservez votre pause de midi pour un lunch contact, participez à certains afterworks, ...
  • Identifiez les réseaux plus informels au sein de l’entreprise et intégrez ceux qui vous seront utiles. Fréquentez pour cela la machine à café aux pauses et les moments avant, ou après, les réunions officielles.
  • Rendez service aux gens, avec de petites attentions telles qu’une information, un article, un petit coup de main, ...
  • Mémorisez rapidement les prénoms de vos collègues et trouvez-vous des points communs avec eux/elles.

“Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble”  Proverbe africain.

7. Gardez un bon équilibre personnel et professionnel !

Une transition est toujours un moment de doute et de solitude à cause des incertitudes liées à un futur inconnu. Au début, vous allez devoir faire face en même temps à des challenges professionnels tels que nous les avons vu dans les points précédents mais aussi à des challenges personnels (nouveaux trajets, horaires différents, fatigue plus forte...).

  • Assurez-vous donc de pouvoir vous reposer sur un environnement personnel solide et rassurant, en particulier dans les premiers temps.
  • Identifiez certaines personnes, dans l’entreprise ou en dehors, sur qui vous pourriez compter pour vous aider à prendre du recul et à partager vos réflexions, par exemple un mentor, un ami proche ou un coach. Cela vous évitera de vous isoler, de prendre de mauvaises décisions ou de rentrer dans un cercle vicieux de stress et d’échecs.

Si vous êtes responsable d’équipe ou de projets, vous devez aussi tenir compte des points suivants :

8. Alignez l’organisation et votre approche !

Plus vous êtes haut placé dans l’organisation, plus vous devez vous assurer que la stratégie, la culture, la structure, les systèmes et les compétences sont alignés.

  • La stratégie est l’approche choisie par l’organisation pour obtenir des résultats.
  • La structure c’est la manière dont les personnes sont organisées et comment leur travail est coordonné.
  • Les systèmes sont les processus de travail en place : commande client, achat de matériel, fabrication d’un produit, recrutement d’un collaborateur...
  • Les compétences sont les capacités des différentes personnes de l’organisation (talents, expérience...)
  • La culture recouvre les valeurs et les règles qui influent officiellement ou officieusement sur le comportement des collaborateurs.

Une de vos tâches sera d’identifier des incohérences entre ces éléments et d’établir un plan pour réajuster au mieux.

9. Construisez votre équipe !

Très souvent, un manager ne construit pas une équipe à partir de zéro. Il hérite d’une équipe et sa première priorité sera que l’équipe reste performante pendant la période de transition.

  • Ne modifiez pas l’équipe tant que la vision et les objectifs ne sont pas clairs.
  • Avant tout changement, jaugez chaque membre de l’équipe par rapport aux critères suivants : compétences, jugement, motivateurs, implication, relations avec les différents interlocuteurs et confiance.
  • Ensuite évaluez comment l’équipe collabore en tant que groupe.
  • Echangez un maximum avec votre équipe. Ecoutez, écoutez et... écoutez ! Vous aurez surement beaucoup à apprendre de leur expérience. Vous contribuerez ainsi à établir une bonne relation de confiance qui aidera à l’implémentation des changements futurs.

“Un capitaine ne peut changer en même temps la destination, l’itinéraire et le navire. Ce n’est que lorsque la destination et l’itinéraire sont connus qu’il peut équiper le navire en conséquence”  Michael Watkins

10. Trouvez des alliés !

Pour faire avancer vos projets ou faire adhérer à vos idées, vous devrez développer des alliances afin de rentrer dans un cercle vertueux qui vous permettra d’avoir des succès rapides et durables.

  • Faites une cartographie des principaux acteurs : alliés (traditionnellement 15% de votre population), déchirés / hésitants (35%), les indifférents (35%) et opposants (15%).
  • Repérez vos alliés et bichonnez les ! Ils sont certes déjà convaincus mais peuvent vous aider à en convaincre d’autres. Qui sont vos alliés ayant le pouvoir de changer les choses ou d’influencer des décideurs ?
  • Concentrez-vous aussi sur les déchirés / hésitants afin de les faire basculer en votre faveur en les rassurant, en éliminant leurs craintes et réduisant leurs objections.
  • Ne perdez pas trop de temps et d’énergie avec les indifférents et surtout pas les opposants.

 

Voilà, j’espère que ces quelques conseils personnels vous permettront de vous intégrer au mieux dans votre nouveau job.

Vous avez trouvé de la valeur dans cet article ? Likez-le ou partagez-le pour en faire profiter vos relations !

Très impatient de lire vos commentaires ci-après et d’échanger avec vous.

Vous souhaitez en savoir plus ? Je vous conseille l’ouvrage : « The first 90 days » de Michael Watkins, professeur à la Harvard Business School.

Beaucoup de succès et à très bientôt !

Jean-Luc

Posted in My job and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.